James Erich

Résultat de recherche d'images pour "James Erich"

Présentation de l'éditeur

À l’époque de l’ère Viking en Islande, où l’on attend des jeunes garçons qu’ils deviennent de bons fermiers et d'habiles guerriers, il y a peu de place pour Kol, jeune garçon chétif de douze ans, jusqu’à ce qu’il retienne l’attention d’une femme seið – une sorcière – et devienne son apprenti. Kol se rend chez la sorcière où son petit-fils, Thorbrand, le prend sous son aile. Bientôt, Kol découvre autre chose sur lui-même – quelque chose qui le différencie de manière peu virile : il est tombé amoureux d’un autre garçon.

Mais le monde change et menace ceux qui pratiquent les arts anciens. Alors que la nouvelle vie de Kol le conduit à travers les Terres Nordiques, il découvre qu’une nouvelle religion se développe rapidement et que le Roi Olaf Tryggvason pourchasse et exécute les sorciers. Quand une querelle vieille de plusieurs décennies force Thorbrand à choisir entre Kol et son devoir envers un parent, Kol se retrouve livré à lui-même, avec pour seuls guides les messages énigmatiques d’une Déesse Antique, pour le mener à son destin – et probablement à sa mort.

51It1lpu-yL

 

Extrêmement bon

 Ma chronique : 

Terres Nordiques n’est pas une lecture comme les autres. Il n’est pas donné à tout le monde de savoir transporter son lecteur vers une autre époque, un autre continent et une autre civilisation. Ce talent, James Erich le maîtrise à la perfection car j’ai vraiment eu l’impression d’être à l’âge des Vikings, les descriptions et les détails semblent tout à fait fidèles et vraisemblables. L’écriture est fluide et nous emporte sans effort vers les contrées glacées d’Islande.  Le scénario est excellent et les personnages attachants. Ce récit nous donne à voir la vie des Vikings en Islande, Norvège, Suède avec leur tradition  et leur religion et c’était véritablement fascinant ? Le fait d’avoir vu la série « Viking » m’a aussi beaucoup aidée à visualiser les cérémonies avec sacrifices et autre magie celtique. Le parcours du jeune Kol pour devenir un chaman ou seidman  est particulièrement bien amené et totalement crédible. Kol est un jeune garçon malingre et dénigrer par son frère et son père pour être si faible. Heureusement sa route va croiser celle d’Aldis, une puissante chamane âgée qui va le prendre sous son aile et la vie de Kol va en être irrémédiablement bouleversée. On va suivre la belle évolution de se jeune homme timide vers un homme incroyablement courageux à qui la mort ne fait pas peur. Le personnage de Thorbrand m’a tout de suite plu  certainement parce que dès leur enfance, il a toujours été très protecteur envers Kol et on voyait bien se profiler un grand amour entre eux deux. On ne peut pas classer ce livre uniquement en romance MM, évidement il y a cette partie de l’histoire d’amour de Kol pour Thorbrand. Plus j’avançais dans ma lecture et plus je me disais qu’ils n’arriveraient jamais à vivre cet amour et qu’il n’y aurait pas de happy end pour les deux jeunes hommes. Pourtant j’ai pu refermer ce livre en ayant le sourire aux lèvres. Bonne lecture. 

 

Citation : 

 

Kol avait voulu éviter une confrontation, mais il savait qu’elle était inévitable. Il parla lentement, essayant de choisir ses mots avec précaution.
— Je ne suis pas autorisé à t’en parler.
— Pourquoi pas ?
— Alfdis ne veut juste pas que j’en parle.
— Elle ne veut pas que tu m’en parles à moi, c’est ça ? commença à s’énerver Thorbrand.
Kol prit une profonde inspiration, se sentant secoué. C’était la première fois qu’il se disputait avec Thorbrand et il détestait ça. Il avait des nœuds dans l’estomac. Mais il savait qu’il ne devait pas céder maintenant, ou il ne pourrait plus se montrer ferme avec Thorbrand.
— Elle veut que je n’en parle à personne. Ce qu’elle m’enseigne n’est supposé être connu que des autres seiðmenn…
— Peu importe les seiðmenn ! cracha Thorbrand. Les amis ne doivent pas avoir de secrets l’un pour l’autre.
Kol essaya de le raisonner.
— Si tu veux devenir un seiðmaðr, peut-être qu’Alfdis…
— Je ne veux pas devenir un foutu seiðmaðr ! Garde tes stupides secrets !
Et il s’enfuit, laissant Kol plus misérable que jamais. Thorbrand était le meilleur ami qu’il ait jamais eu – en fait, le seul ami qu’il ait jamais eu. Être un seiðmaðr valait-il vraiment la peine de le perdre ?


 

Kol commençait juste à espérer qu’on lui épargnerait d’avoir à chanter lui-même quand Harek se leva et annonça :
— Comme beaucoup d’entre vous le savent, j’accueille chez moi le jeune Kol Bjarnason depuis quelques mois et j’espère que cela durera. J’ai vu que ce garçon avait un talent pour manger… (Sa remarque provoqua des rires et des cris de joie parmi l’assemblée.) Et maintenant, j’aimerais voir s’il a d’autres talents !
Harek lui fit un clin d’œil, et Kol se leva sous les applaudissements polis et les encouragements amicaux. À ce stade, la bière l’avait étourdi, mais il se sentait encore maladroit et emprunté. Il s’éclaircit la voix et commença à chanter la ballade qu’il avait répétée. Quand il termina, la maison était silencieuse, et il en conclut que sa prestation avait dû être affreuse. Mais les gens se mirent à applaudir et à l’acclamer très fort. Ils avaient aimé sa chanson !
En se tournant, il aperçut Thorbrand qui lui adressait un grand sourire, et derrière lui, Alfdis hocha la tête, visiblement satisfaite.

105276189