Eva Adams

 

Eva Adams

Biographie de l'auteur

Je m'appelle Eva Adams, j'écris de la romance érotique et BDSM. Je vis en France, au bord de la mer avec ma famille. Je suis une épicurienne de la vie, de tout ce qu'elle peut m'apporter. Je me nourris des gens, des livres, des odeurs, du soleil, du vent ... tout ce qui m'entoure en fait. Depuis que je sais écrire j'écris. Tout le temps, partout. J'ai rempli des carnets entiers de textes plus ou moins longs. J'aime lire et je dévore les livres comme des friandises. Des milliers d'idées me traversent l'esprit à chaque instant et je note régulièrement les mots qui me surprennent ou me touchent. J'ai toujours écrit sur les émotions et les sensations. J'aime l'idée qu'un mot puisse me faire ressentir une sensation particulière, corporelle, sensorielle... Perfectionniste, je mets un grand soin à travailler mes personnages, leurs personnalités, leurs sensibilités, leurs profils psychologiques, leurs ambitions, leurs envies...
Source : Amazon

51IVhyA0hwL

 

 

Présentation de l'éditeur

Dark BDSM

"Elle est tout ce que j’ai. Elle détient au creux de ses reins mon existence. Je lui dois tout. Je serais prêt à tout pour elle. J’ai déjà usé de force, de menaces et je serais prêt à tuer s’il le fallait. Personne ne l’aura, elle est à moi et elle le sait. Pourtant, elle ne peut s’empêcher d’aller se faire baiser ailleurs. Pourquoi ? J’ai cherché des réponses longtemps. Je n’ai trouvé que des pleurs et de la détresse. Je me suis retrouvé devant une femme en manque. En manque de sexe, en manque de violence, en manque d’amour. Je ne serai jamais les autres."

Huitième livre de Eva Adams, entrez dans un monde obscur où l'amour a raison de tout.

Oeuvre destinée à un public averti et majeur.

www.eva-adams-auteur@gmail.com

 

Découvrez le book-trailer de Brown Sugar - descente en enfer : https://www.youtube.com/channel/UCNbTU8OSeCUfmA2MNbjlHPA

 

Grande déception

 

Ma chronique : 

Je viens de terminer le dernier livre d’Eva Adams et comment vous dire ? Je n’ai pas aimé mais alors pas du tout. Tout au long de ma lecture je me suis sentie de plus en plus mal, à la limite de l’écœurement voir de la nausée. Ne croyez pas que je sois novice dans ce type de lecture, au contraire  je suis une fervente lectrice de dark-romances se passant dans le milieu du BDSM Hard telle que peut nous les conter Dany Tyran par exemple. Ici, l’histoire tout n’est que violence, dégradation, humiliation et surtout dans dark romance il y romance, ici je n’en ai ressenti aucune. Là où l’auteur nous parle d’amour fou, exclusif et passionnel, je n’ai vu que possession, perversion et manipulation. Ce n’ai pas du tout l’idée que je me fais de l’amour et cela ne me correspond pas. Les scènes BDSM sont de plus en plus hard et ressemblent a une description d’une vidéo porno de type Bdsm hard gang bang etc…  j’ai eu du mal aussi avec le choix de l’auteure de prendre le personnage masculin principal sans même lui attribuer un prénom, ce « il » qui raconte l’histoire, ne m’a permis, ni identification, ni empathie ni même compréhension de ces dialogues. Souvent le personnage principal s’en prend à la société gratuitement, lui reprochant tout et n’importe quoi ( allant du réchauffement climatique à la nourriture bio)dans une logorrhée verbale pleine de haine et de mépris pour les « Monique » et les quidams que nous sommes. Nous pauvres humains qui ne connaissons pas la vraie jouissance apportée par la douleur. Je ne m’étendrais pas sur les fautes d’orthographe et de syntaxes, aujourd’hui c’est plutôt l’inverse qui est surprenant et moi-même il m’arrive d’en faire mais à la fois moi je ne suis pas écrivain. Pour finir j’étais vraiment heureuse que le livre face seulement 150 pages, je ne pense pas que j’aurai eu le cœur bien accroché pour aller plus loin. Je précise pour ce que ça vaut, que je n’ai pas reçu ce livre en SP. 

Citation : (copié collé avec fautes en bonus)

À gerber ! Alors je passais devant les fenêtres, je regardais cette vie de bouffon où les gosses sont nourris aux surgelés et au Nutella, sans se soucier qu’ils bousillent notre planète, tuent des animaux sauvages, dévastent des forêts juste utiles à nous apporter l’oxygène planétaire. Mais qu’est-ce comparé à une tartine de pâte à tartiner dans un bol de sperme politique ? Gavez-les ces gamins, qu’ils soient bien polis et bien corvéables à souhait car on ne va tout de même pas défaire nous-mêmes leur ceinture et baisser leurs frocs, il faut les éduquer à savoir tendre leur cul pour qu’on puissent y entrer et déféquer. Putain de cons ! Et puis un jour, devant une famille formidable qui mangeait son jambon transgénique, j’ai pété la porte et suis entré. Ils étaient beaux les Français qui ouvraient leurs gueules dans leur canapé, ils n’ont même pas su quoi dire devant ma détermination. Les p’tits ont pleuré, normal j’étais un étranger, mais monsieur lui, a chié dans son pantalon. Il y a bien eu sa femme qui a osé quelques mots mais mon flingue lui a vite fait fermer sa gueule. Je me suis assis, et directement dans le plat j’ai mangé. Il était pas si mauvais au final ce cochon OGM. Et les p’tits légumes avaient bon goût. Oui parce que la bonne Monique veille à ce qu’il y ait des légumes à chaque repas. Faudrait pas qu’on aille l’incriminer que ses enfants sont gros, non, ils ont mangé des haricots verts tous les soirs m’sieurs dames.

105276189