Jack Rowan

 

 

51uC1Gq+hIL

 

 

Présentation de l'éditeur

Tolgrund Burnley (Tol pour les intimes) est un sadique dans l’âme. Mais il ne connaît rien du BDSM. Personne ne lui a jamais appris à tenir ses pulsions en laisse. Il ne sait que les exprimer au superlatif ou les étouffer complètement. Toute sa jeune existence (il a 24 ans au début du roman), il s’est efforcé de faire taire ce qu’il appelle « la Bête » qui rugit en lui. Mais un jour, quand il rencontre Aron, il en tombe aussitôt éperdument amoureux. Aron, qui a toujours vécu dans un milieu où le BDSM était aussi naturel que de respirer ou de marcher, a appris qu’on ne doit rien faire sans le consentement explicite du soumis, sent que Tol pourrait être dangereux, mais il est séduit par ce bel animal sauvage. Suffisamment pour partir avec lui là où personne ne pourra intervenir et empêcher que ce qui doit arriver se produise. Mais la Bête se déchaîne jusqu’à ce que Tol soit arrêté et mis en accusation. Cette histoire est celle de cette arrestation, du châtiment infligé à Tol et de sa réhabilitation.
Ma chronique : 

Comme souvent je ressors d’une lecture BDSM bouleversée et  l’histoire de Tol ne fait pas exception.  C’est une belle et cruelle histoire d’amour que nous conte Jack Rowan. Tol est un jeune homme avec de fortes pulsions sadiques qu’il ne sait absolument pas gérer, il appelle cela «  la bête » en lui, quand elle prend possession de ses sens, il et dépassé et en arrive à faire des choses qu’il regrettera amèrement. Lorsqu’il rencontre Aron, un jeune homme magnifique de 16 ans il en tombe amoureux  et nous assistons impuissants au dérapage inéluctable qui a lieu. La communauté BDSM est l qui veille et statue pour une rééducation, une ultime chance et Tol va être alors confié aux bons soins ou pas  de dominants sévères qui doivent lui infliger son châtiment en vue d’une possible réhabilitation. C’est ici que commence la lente descente aux enfers de Tol. J’ai trouvé le scénario très original même si je n’ai pas complètement adhéré à la philosophie des mandalas qui aurait mérité d’être mieux expliquée car on sent son importance dans le cheminement de Tol mais le lecteur qui comme moi est novice est vite perdu dans les sens et les significations et c’est bien dommage. J’ai aimé lire ce livre même si je ne sais pas vraiment dire pourquoi car au fond l’histoire est terrible mais très belle aussi et puis les questions abirdant l'éthique saont toujours intéressantes. J’ai eu un peu de mal aussi avec la dernière partie du livre qui est pour moi trop dans la manipulation et la recherche de pouvoir dans la communauté Bdsm, tel que l’auteur nous la présente. Tol est un jeune homme incroyablement courageux et qui possède en lui la notion du bien et du mal et tout le chemin qu’il va faire pour savoir de qu’un soumis peut vivre est terrifiant et grandiose à la fois. Tout le côté psychologique de la reconstruction de Tol est passionnant. Pour moi cela reste une belle histoire de fiction et je n’ose pas la transposer dans la réalité car il y a des passages cruels et déstabilisants surtout lorsqu’il y est question d’enfants.  Alors ce n’est certes pas un livre à mettre entre toutes les mains mais on sait bien que les livres traduits par Danny Tyran son un gage de Bdsm hard mais de qualité. J’espère qu’il y aura d’autres livres à l’avenir  de jack Rowan dans la même veine car il faut lui reconnaître un sacré talent de plume et d’imagination puisqu'il nous axplique en postface qu'il n'a aucune expérience en Bdsm. Bonne lecture.

 

Citation:

− Je l’aurais fait, Ordure. J’aurais aimé tirer un coup. Mon Maître est un homme bon, très bon, mais je ne suis qu’un méchant petit punk et ne l’oublie jamais. Je l’aurais fait.
− Pourquoi ne l’avez-vous pas fait alors ?
− Tu ne comprendrais pas.
Il m’a laissé dans la noirceur. Il avait tort toutefois ; je comprenais et ça me rassurait. Graduellement, je me suis endormi en pensant à l’amour.

105276189