Sloane Kennedy

Bien que Sloane Kennedy a toujours rêvé d’être écrivain lorsqu’elle était adolescente, elle n’a pas fait le plongeon jusqu’en mars 2015 quand elle a sorti son premier roman comme auteur indépendant. Depuis, elle a publié plus d’une douzaine de livres, dont les séries best-seller d’Amazon, Barretti Sécurité, Trouver… et Les Protecteurs. Alors qu’elle a commencé par écrire de la romance M/F, elle a trouvé sa véritable passion d’écriture dans la romance gay et quatre de ses plus récentes publications ont atteint la première place sur la liste des best-sellers de romance Gay d’Amazon, et Libérer Zane, son dernier livre dans la série Barretti Sécurité, s’est placé dans la liste globale des best-sellers d’Amazon.
Sloane est né en Allemagne et a grandi en Virginie et dans le Wisconsin. Même si elle vit actuellement dans le Wisconsin, l’endroit où elle s’est toujours sentie le plus à l’aise est Seattle, et beaucoup de ses livres se déroulent dans la ville d’émeraude. Même si elle est célibataire, une ménagerie de 2 chiens et 3 chats la maintient occupée et 3 jeunes nièces s’occupent du reste de son temps libre. Sloane aime être en mesure de partager sa passion pour la romance avec les lecteurs et elle est vraiment humble devant tout le soutien qu’elle a reçu de fans et d’autres auteurs.

51Bh46wVGqL

 

Présentation de l'éditeur

 

Après quatre années passées à l'étranger, l'artiste Jonas Davenport revient à la maison pour réaliser son rêve de posséder son propre studio et galerie d'art. Mais, alors qu'il est prêt à mettre son obscur passé derrière lui pour toujours, celui-ci revient le hanter avec une ardeur redoublée.

La seule chose qui retient l'ex-policier Mace Calhoun de retourner son propre pistolet contre lui après une perte douloureuse est son rôle dans une organisation souterraine cherchant à obtenir justice pour des innocents en prenant la vie des coupables. Mettre fin à la vie du jeune artiste qui avait commis des crimes indicibles contre les victimes les plus vulnérables aurait dû être la chose la plus facile au monde. Alors, pourquoi ne peut-il appuyer sur la gâchette ?

Après des années de combats dans une guerre dévastatrice et sans fin, le Navy Seal Cole Bridgerton rentre à la maison pour se livrer à une tout autre bataille – faire face à la découverte que la jeune soeur qui a fui la maison huit ans plus tôt est perdue à jamais. Il a besoin de réponses et la seule personne pouvant les lui donner est un jeune homme luttant pour se reconstruire. Mais il ne s'attendait pas à ressentir quelque chose de plus fort pour l'artiste torturé. Cole et Mace. L'un vit selon les règles, l'autre fait les siennes. L'un veut rendre justice par la loi tandis que l'autre veut utiliser son arme. Deux hommes, l'un lumière, l'autre obscurité, se retrouveront eux-mêmes et l'un l'autre lorsqu'ils seront obligés de collaborer afin de protéger Jonas d'un mal invisible qui ne reculera devant rien pour faire taire à jamais le jeune artiste. Mais les cicatrices de chaque homme sont profondes, si bien que la force de leur trio pourrait ne pas être suffisante pour les sauver. . .

 

Ma chronique : 

Je me suis plongée avec délice dans ce beau roman de Sloane Kennedy. L’auteur sait parfaitement bien jouer des codes de la romance M/M et en l’occurrence dans ce premier tome des protecteurs, elle nous offre une romance M/M/M. L’histoire est bien amenée et la rencontre entre Jonas qui reste mon préféré et Mace est vraiment surprenante et je ne m’attendais pas a une intrigue de cette profondeur. En effet depuis quelques temps j’ai décidé de ne plus lire les quatrièmes de couverture car souvent, elles en disent trop et j’aime découvrir par moi-même l’histoire. Alors j’ai eu la surprise avec ce trio magnifique que vont former Jonas, Mace et Cole. Les deux personnages sont comme la lumière et l’obscurité et leur psychologie se dévoile peu à peu, on se rend compte qu’ils ont finalement beaucoup en commun. Lorsque Cole arrive dans l’histoire, je me suis sentie très touchée par son histoire. J’ai aimé la façon d’amener ces trois hommes magnifiques à dépasser leurs limites. Le scénario m’a aussi plu c’était intense, avec des rebondissements et une écriture fluide qui m’a littéralement fait tourner les pages plus vite. Je ne vous parle même pas des scènes érotiques qui frisent la perfection, pas de vulgarité  et surtout un bel équilibre ente les scènes d’action et de suspense. J’ai trouvé que même s’il y avait quelques invraisemblances, elles ne gênaient en aucune façon ma lecture. J’ai adoré voir du romantisme  et des sentiments amoureux chez l’ancien flic et l’ancien SEAL  c’était touchant et cela m’a donné beaucoup d’espoir. Mon seul petit défaut à été la rapidité de ce sentiments amoureux, alors je sais que les coups de foudre ça existe mais je préfère quand les relations prennent le temps de se construire. Sloane Kennedy signe ici le début d’une série prometteuse et c’est avec plaisir que je vais poursuivre les aventures de Ronan qui ici avait un second rôle mystérieux et fort. J’ai déjà très envie de connaître son histoire…

Citation :

Même avec mes parents négligents, j’avais su étant enfant qu’un jour je rencontrerais l’homme avec qui je devais être. J’avais rêvé de ce à quoi il ressemblerait, de sa voix. Je l’avais imaginé du genre costume et cravate qui rentrerait à la maison après une longue journée de travail et que ça n’aurait pas dérangé que je l’accueille avec des doigts tachés de peinture. Il serait intentionné et ouvert avec un sens de l’humour malicieux et taquin, et il voudrait les mêmes choses que moi – des enfants, un chien, une clôture blanche.
Une nuit des « leçons » d’Eduardo changea tout ça. Je sus dans la seconde où il vola ce qui restait de mon enfance qu’il avait volé l’homme, les enfants, le chien et même la clôture blanche. - Jonas

 

Mais ce que je ressentais le plus, c'était la perfection que ces deux hommes m'apportaient. Et je sus à ce moment-là que je ferais n'importe quoi pour la préserver. N'importe quoi. - Cole

 

 Le viseur de mon fusil était bon, mais en aucun cas il n’avait fait honneur à cet homme. Même les photos n’avaient pas su capturer sa beauté nue. Ses lèvres étaient bien plus charnues que je l’avais pensé et je voyais qu’elles étaient juste tachées d’un peu de couleur, comme s’il avait meurtri la chair sensible avec ses dents. Ses yeux n’étaient pas du simple bleu auquel je m’attendais ; ils étaient si pâles que son regard en était presque argenté, étrange. On aurait dit qu’il avait passé ses doigts dans ses cheveux bruns et hirsutes ; je me surpris à vouloir m’approcher pour lisser quelques mèches et sentir leur texture. - Mace

105276189