Anne Bishop

Résultat de recherche d'images pour "Anne Bishop"

Biographie de l'auteur

Anne Bishop vit dans l'Etat de New York. Elle aime jardiner, écouter de la musique et écrire des histoires sombres et romantiques. Elle a été récompensée par le William L. Crawford Memorial Fantasy Award pour sa série la plus acclamée : La Trilogie des joyaux noirs.

51UjQm80m3L

Extrêmement bon

 

Présentation de l'éditeur

Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux...

 

Ma chronique : 

 

 

Je ne lis pas souvent de la fantasy / Bit Lit  mais avec ce premier tome, j’en suis restée bouche bée. J’ai vraiment adoré l’univers qu’à su créer Anna Bishop, non mais quel talent. Déjà je retrouve avec plaisir le monde des métamorphes, celui des loups-garous, des ours-garous mais encore de nombreuses espèces qui force l’admiration tant le lien entre l’animal et les caractéristiques qui lui sont propres et l’humain est bien fait, j’ai trouvé les corbeaux particulièrement rigolos avec leurs qualités et leurs défauts surtout lorsqu’ils sont attirés par ce qui brille avec beaucoup d’humour. Déjà c’était tout un univers qui me plaisait mais ce n’est pas le seul puisqu’on trouve aussi des vampires avec des pouvoirs étranges et ancestraux le personnage de l’ancêtre est juste parfait. Puis il y a aussi les élémentaires à savoir les saisons pour ce premier tome nous sommes quasiment toujours en hiver au début de la saison c’est une petite fille qui incarne l’hiver et en fin de saison elle a vieillit et se retrouve en femme âgée, j’ai hâte de découvrir les différents pouvoirs qui seront ceux de ses sœur Automne, printemps et été. Il y a aussi toute les caractéristiques climatiques sous forme de poneys, capable de générer, l’un le brouillard, l’autre les tourbillons, ou la tempête, bref c’est très varié comme univers, on ne s’ennui jamais et c’est si bien mis en place que c’est totalement crédible et nous emporte facilement dans ce magnifique conte. On retrouve bien évidemment les humains sous le nom peu valorisant des « singes » et puis tout le reste sous le nom des « Autres ». Voilà la toile est posée et l’histoire peut commencer. Le personnage de Meg Corbyn nous apparaît dans un premier temps comme faible et vulnérable, mais croyez moi si je vous dis que c’est un leurre. Elle se révélera plus forte qu’il n’y paraît et surtout entrera comme agent de liaison entre les humains et les autres et sera particulièrement douées dans cette tâche, Meg c’est un peu comme le ciment qui tient toutes les briques de la maison, elle apporte tellement d’amour et d’honnêteté autour d’elle que le monde s’en trouve transfiguré. Je n’ai dors et déjà qu’une envie, me plonger dans le tome deux en espérant qu’il soit aussi bon que celui-ci était prometteur. Bonne lecture.

En ce moment le tome 1 est à 3,99€ c'est une belle découverte à faire ICI

 

 

 

Citation : 

Une boule de neige lui percuta l’épaule, lui arrachant un cri de surprise. Et quand un Loup fonça sur elle, elle hurla si fort que les Corbeaux et les Faucons qui se trouvaient entre le jardin d’Henry et le bureau de liaison s’envolèrent à tire-d’aile. Meg se laissa tomber au sol, puis se recroquevilla en se couvrant la tête et le cou des bras.
Le Loup lui atterrit sur le dos et, poussant des grognements féroces, glissa à terre pour tenter de lui saisir les bras.
Puis un petit museau s’insinua sous son coude, et elle sentit quelques rapides coups de langue sur son visage. Sam lui adressa quelques jappements avant de retirer sa tête et de lui sauter de nouveau dessus avec entrain.
Le rire d’Henry tonna.
— Tu l’as bien eue, Sam. Maintenant, laisse-la se relever.
Meg compta jusqu’à dix. Comme personne ne bondissait sur son dos, elle se déplia lentement. Un instant plus tard, un poing énorme la saisit par le manteau, la leva et épousseta la neige dont elle était recouverte.
— Tu fais un parfait jouet pour chien, Meg, avec les couinements et tout ce qu’il faut, déclara Henry, peinant à garder son sérieux. Sam, il est temps de partir.

 

 

105276189